Partagez | 
 

 [Elyséen] Vane Deriv (Work In Progress)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deriv
Rempart d'Élyséa

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 02/07/2015

MessageSujet: [Elyséen] Vane Deriv (Work In Progress)   Jeu 20 Aoû - 2:15


Vane Deriv

Race : Élyséen
Âges : 33 ans, 24 à l'Ascension
Sexe : Masculin
Etat : Daeva


Description physique :
Au premier coup d'oeil, une chose ne passera certainement pas inaperçue. La longue cicatrice qui traverse son visage, mal guérie, la coupure étant presque chirurgicale. Puis vient son regard, qu'il tient de son père, bleu comme la mer ou comme l'éther. Son visage de jeune homme déjà marqué de quelques discrètes rides, sa courte barbe brune qu'il semble entretenir, et ses cheveux en grande partie rassemblés à l'arrière de son crâne. Et enfin son corps modestement travaillé, plutôt imposant pour un prêtre, plutôt fin pour un guerrier. Voilà le portrait de Vane, qui pourrait paraître triste, si Deriv ne gardait pas un regard et un sourire bienveillant à l'égard des siens. Une immortelle lueur d'espoir pouvant être perçue à travers cette "main" tendue aux Elyséens dans le besoin.

Description mentale :
Vane est avant tout un Daeva s'étant chargé de ne jamais laisser un être périr sans essayer de le sauver, il est particulièrement assidu dans son rôle de soigneur, et croit bien sûr en Aion autant que tout bon prêtre. Seulement, en voyant ses frères et soeurs lui revenir parfois dans des états monstrueux, le temps fît naître en lui une rancoeur notable envers tous les ennemis d'Elyséa. Tous devaient payer, répondre de leurs actes devant la justice. C'est ainsi qu'il développa un goût pour le combat, qui lui permettrait d'apporter une aide supplémentaire à ses alliés.
Deriv peut donc être un ennemi redoutable comme un ami de valeur. Cela dit, il n'est pas non plus du genre à prêter confiance à n'importe qui sous prétexte qu'il souhaite protéger tout le monde. En effet, il sait faire preuve de méfiance et se fermer lorsqu'il pense cela nécessaire. Il aura beau vous apporter son aide, cela ne veut pas dire qu'il est votre allié.

Socialement, Vane est très détendu. Courtois, rieur, ouvert au débat et prêt à essayer de comprendre, c'est manifestement un homme auquel on peut se confier. Il n'aime pas les conflits, et ne risque pas de chercher à faire du mal gratuitement. Cependant il est assez impitoyable avec ceux qui tentent de lui tirer profit, de le manipuler ou de lui mentir. Il n'offre que rarement de seconde chance, ce qui ne veut pas non plus dire qu'il se ferme complètement aux excuses, Deriv est conscient que l'on peut tous être amenés à perdre le contrôle et à mal agir, seulement, plus jamais il ne portera son regard sur le coupable de la même manière.
Pour finir, c'est un homme qui aime les femmes et qui les respecte plus que ses semblables masculins, il ne s'en cache pas et il est notamment plus indulgent avec elles, plus à l'écoute et même plus serviable. Un gentleman philanthrope, en somme.


Un peu de musique pour vous caresser les oreilles :
 

Histoire :

Ascension
Né à Oriel, Vane eut, en tant qu'humain, la chance de naître de deux parents Daevas, Darius et Elëa. L'un Templier, l'autre Prêtresse, il était très facile de deviner que leur rencontre s'était faite directement au sein du Clergé. Le petit Deriv appris alors bien des choses auprès de ses deux parents. Des valeurs, leur savoir sur le monde, ses dangers, qui il fallait redouter et qui il fallait respecter. Il reçut donc une modeste éducation élyséenne, son père s'assurant également qu'il n'oublie pas d'être patriote. Mais, par-dessus tout, ils lui enseignèrent tous deux leur croyance commune, et ce, dès qu'il fut capable de stocker une information dans son petit cerveau. Leurs intentions étaient claires, ils voulaient que leur fils suive leur voie, ou du moins qu'il agisse pour le bien de son peuple. Vane ne manqua pas de les écouter, bon garçon, et c'est en s'entraînant sur les blessures légères dont pouvait être victime son père que le jeune homme se trouva un début de vocation, grandissant alors avec l'idée de guérir les siens.

Les années passèrent tranquillement, rares étaient les bas dans sa vie. Des parents qui semblaient éternellement amoureux, beaucoup de liberté, juste assez de solitude... Vane vivait une vie plus qu'acceptable, sans richesse particulière, simplement l'amour incontestable de ses parents.
Seulement le jeune homme avait une crainte. Les années passaient, et aucune aile n'avait encore poussé dans son dos. Vingt quatre ans déjà, et toujours un humain. Il commençait presque à avoir l'air plus vieux que ses propres parents. Mais cela ne durerait pas bien longtemps. Alors qu'il discutait simplement avec sa mère tout en essayant une nouvelle tenue immaculée, parfaite pour être portée dans le plus grand de tous les Sanctuaires, un homme au corps recouvert d'une armure toute aussi blanche ouvrit la porte à la hâte, s'exclamant d'une voix au timbre légèrement haletant :
- "Dame Deriv, votre mari, Darius, il... Il n'est pas revenu."
Elëa entrouvre ses lèvres, le regard aussitôt embué, se redressant tout en sentant ses jambes faiblir. Vane lui, fronce automatiquement les sourcils, prenant la parole sur un ton de choc.
- "Pardon ? Où est-il alors ?!"
- "Jeune homme... Il est mort." répondit le soldat d'un ton très bas, désolé. La prêtresse tombe alors sur ses genoux, et Vane, lui, semble pris de colère, ajoutant.
- "Mort ! Mort !? Qui, pourquoi !?" s'écrit-il, agitant ses bras avec fulgurance. Elëa semble complètement sous le choc, incapable de libérer ses larmes, toute vacillante.
- "Il a donné sa vie, il... Il s'est sacrifié face à des Balaurs. Il n'en est pas revenu." répond alors le Templier, semblant reprendre son souffle petit à petit.
- "Pourquoi.. ? Vous l'avez laissé là, vous l'avez abandonné.. ?" grogne-t-il en s'approchant du soldat, semblant perdre la raison.
- "Ca suffit, Vane, ça suffit... Ton père savait..." chuchote alors Elëa entre deux sanglots, avant que son fils ne se retourne vers elle.
- "On a besoin de lui, mère, il.. Il n'y a rien que l'on puisse faire ?" demande-t-il alors en direction du Templier, l'air désespéré, comme si il connaissait déjà la réponse.
- "Jeune homme, il n'est pas rev-.." commence à répondre l'homme en armure, avant de se faire interrompre par son interlocuteur.
- "Alors allez-vous en, partez sauver ceux qui peuvent encore l'être. Partez." rétorque-t-il avant de retourner auprès de sa mère, la rasseyant très délicatement, puis d'aller passer sa colère et toute la brutalité grimpant dans ses tripes contre le mur le plus proche.

Le soldat quitte le logis sans un bruit de plus, pendant que l'homme frappe encore et encore ses poings contre le béton, et que la femme tombe dans le silence, hoquetant parfois alors qu'elle pleure... Et bien évidemment, ce n'est pas le mur qui craquera le premier. Vane observe le sang couler des plaies ouvertes sur ses phalanges, réalisant de mieux en mieux l'importance de sa perte, le coeur broyé. Il tombe à son tour au sol, regardant toujours ses mains endolories avant de se laisser pencher en avant, allant les cogner sans aucune force contre le parquet. Il libère alors un hurlement de douleur, dû bien plus à ses émotions qu'à ses coups, ayant sûrement si mal moralement qu'il en est incapable de ressentir les douleurs physiques. C'est durant ce puissant cri que s'échappent de son corps de longues ailes parfaitement blanches, nées du sentiment virulent dont Vane est victime. Elëa y pose ses yeux, ne sachant pas comment réagir. Elle vient prendre son fils dans ses bras, le serrant de toutes les forces qu'il lui reste encore. Deriv libère alors à son tour de nombreuses larmes, enveloppé dans l'étreinte de sa mère. Il la prend lui aussi dans ses bras, semblant libéré de sa rage mais incapable de se réjouir, il préfère faire son deuil auprès d'elle. Les minutes passèrent, les heures ensuite, mais la souffrance étant trop grande, rien ne pouvait soigner leur mal commun.

Serment
Encore plus tard, la lueur de l'Astre solaire quittait Oriel, endormant ses multiples quartiers, mais pas les Deriv. Elëa, allongée mais tourmentée par le chagrin. Vane, plus calme mais tout de même incapable de se libérer de sa rancoeur, passant son temps à observer les effets de son père. Ses armures, ses armes, ses médailles de reconnaissance, se jurant de faire respecter le nom de Deriv à son tour. Il observe ses ailes également, au clair de la Lune. Il fait naître de l'éther dans le creux de sa main, observant cette énergie qu'il convoitait tant, se voyant déjà la consacrer à la protection de son peuple. La réflexion lui pris, en effet, Vane savait se battre, et c'est bien sûr la première chose à laquelle il pensa. Venger son père, détruire les ennemis d'Elyséa... Seulement, à force d'y réfléchir, il écarta peu à peu la colère de ses pensées en un premier lieu, réalisant que si un homme comme Darius avait pu y passer, alors qu'adviendrait-il de lui ? Puis il commença également à penser de manière plus large. Comment sa mère pourrait supporter l'éventuelle perte de son fils ?

En tous les cas, le lendemain, nul choix pour Vane, il devait se rendre au Sanctum pour être reconnu en tant que Daeva. Il fut annoncer aux yeux de tous, sous le regard de sa mère, aussi ravie qu'elle le peut, la fatigue pesant énormément sur son moral déjà grandement entamé. Une question fut posée au jeune Daeva, il devait décider de la voie qu'il suivra dans les années à suivre. Vane connaissait bien chacun des Ordres, ayant beaucoup appris auprès de ses deux parents. Cependant, et même si il avait une idée en tête, il pris un moment pour réfléchir, ne prenant pas ce choix à la légère. Finalement, suite à sa réflexion, il demande sur un ton assuré :
- "Je souhaite servir Elyséa sous le signe de Yustiel, mais pas rester cloisonné au Cloître. Je veux guérir et sauver directement sur le terrain, Haut-Prêtre. Faîtes moi rejoindre l'Ordre d'Albâtre, et je m'engagerais à protéger chaque soldat de notre peuple, chacun de nos frères et soeurs."
Sa parole est écoutée et respectée, il sera aussitôt inscrit aux épreuves de passage dans les Abysses, qui auront lieu deux mois plus tard. Juste assez de temps pour Vane de s'échauffer. Ainsi, tous les jours il s'entraîna au vol en Verteron, à l'usage de l'éther auprès de sa mère, et perfectionna ses techniques au bâton dans le Colisée face à d'autres Daevas, où il compris notamment toute l'étendue du pouvoir des obélisques. Toute sa vie semblait s'accélérer, il appris à soigner, à vaincre, à être un Aède. Chaque soir, il priait Aion, ses pensées toutes dirigées vers son défunt père, prêt à saisir sa chance dans le but de lui rendre honneur.

Le jour vint finalement, et Vane se présenta avec de nombreux autres aspirants, équipé de l'armure la plus légère de son père, majoritairement composée de mailles, et quelques plaques d'acier suffisamment fines pour permettre à leur porteur une liberté de mouvements convenable, tout en le protégeant des dégats tranchants. Ils s'affrontèrent tous au sein de l'arène du Sanctum, et le jeune Aède, malgré son peu d'entraînement, se débrouilla pour résister et faire tomber quelques-un d'entre eux sous les coups brutaux et tranchants de son bâton de combat.
Malgré que ce ne soit pas ce que l'on attende forcément de lui, il se démarqua à sa manière, avant de tomber sous les coups des véritables guerriers.
Seconde épreuve, de la recherche et de la mémorisation. Il connaissait plus de la moitié des sujets, intégrant tout sans mal, et le ressortant auprès de ses juges sans difficulté.
Pour la troisième, les choses se corsaient. Un affrontement contre-la-montre dans le sous-sol du Colisée, face à des créatures dangereuses, coriaces pour le commun des Daevas. Il en sorti cependant vainqueur, ayant utilisé ses compétences de soin à son avantage pour défaire ses ennemis. Sans attendre une seconde de plus et sans penser à la fatigue qui pourrait l'écraser au sol si il y cédait, il s'empressa de passer l'épreuve de vol en Eltnen. Plus compliqué pour cette dernière, il ne s'attendait pas à une telle chaleur environnante.
Finalement, après avoir réussi de justesse, il obtient le droit de se rendre dans les Abysses. Mais ce n'était là que la moitié de son "examen". Là-bas, une mission l'attendait. Ceci dit, bien trop épuisé pour s'y rendre maintenant, il préféra rentrer pour annoncer la nouvelle, et s'enfoncer profondément dans son lit.

Chant de l'Aède
Le lendemain, Vane était fin prêt. Arrivé aux Abysses, l'endroit ne l'effrayait pas. Il ne reculerait devant aucun obstacle. Il se présenta alors à un responsable de l'Ordre pour recevoir sa mission, dont l'objectif était on ne peut plus clair : participer à une bataille quelconque.

L'aspirant néophyte se joint alors aux troupes, suivant le pas sans savoir ce qui l'attendait réellement au bout de cette marche. Ils se dirigeaient tous ensemble en direction d'une forteresse léphariste, passant parfois par les airs. Une fois sur place, ils ne laissèrent pas le temps aux ennemis de préparer correctement leurs défenses, la charge était directement amorcée. Les premiers chocs étaient d'une violence inouïe, les cris de guerre se mêlaient avec ceux de douleur, le sang coulait en abondance, et la force Elyséenne ne laissait derrière elle aucun survivant. Vane tentait tant bien que mal de refermer des plaies magiquement, de faire disparaître des douleurs, d'arrêter des hémorragies, mais il ne pouvait pas simplement se concentrer sur les soins, lui-même finissait par être agressé. Il se défendait alors, profitant de sa vitesse pour faire crouler ses ennemis sous les coups avant de revenir aux blessés. Finalement, Deriv parvient à maintenir les soldats en état au prix d'une grande partie de son énergie. Ils ne cessent de combattre, certains allant même jusqu'à protéger plus particulièrement leur soigneur. Très vite les lépharistes sont surpassés en nombre, et même leurs abominations finissent par tomber. La forteresse est prise et la mission est un succès, l'avenir souriant au jeune homme, qui fut accepté en tant que néophyte parmi les troupes de l'Ordre d'Albâtre.

Toutes ses prières n'étaient finalement pas vaines, sa foi était récompensée, et encouragée par la même occasion.
Sa situation changea alors, passant de longues journées dans les Abysses, sûrement plus qu'il ne le pensait, la notion du temps n'existant plus réellement en ce lieu. Chaque jour il soignait les siens, il voyait de quelles barbaries étaient capables ses ennemis, et se faisait un plaisir de leur rendre régulièrement la pareille en participant également à des batailles. Il prit goût au sang des coupables, étant on ne peut plus d'accord avec l'avis de ses Séraphims : Il faut punir les ailes noires.

C'est presque une routine qui s'installait, et le temps lui accorda le titre de Prêtre au sein de l'Ordre, au bout de quelques années. Mais dernièrement, alors que la trêve en Balauréa fut annoncée, Vane apprit une nouvelle très irritante. Un homme portait son nom, et le salissait de par ses agissements irrespectueux des règles instaurées, et de cette paix ordonnée par les Seigneurs Empyréens eux-mêmes. Remonté, mais refusant de se retourner contre ce qui étaient malgré tout un frère, il décida de rattraper ses agissements et de redoubler d'effort. Il se porta volontaire pour des missions plus dangereuses, en Balauréa par exemple, là où aurait été placé l'homme maintenant enfermé.

Vane a beau être jeune et posséder une expérience modeste, tout ce qui touche à sa famille le rend impétueux. L'Aède n'a aucunement l'intention de fuir, il maintiendra la lumière sur son peuple comme sur son nom, et ce sur les fronts où les ténèbres sont les plus présents.



Ce qu'on dit d'elle/de lui :

- "Il est tout ce que j'ai, tout ce que j'aime. Mon fils est un ange vous savez ? Il ferait tout pour son peuple, pour sa famille. Sa vie est ce que j'ai de plus cher..." ~Elëa Deriv, Prêtresse au sein du Cloître et mère de Vane

- "Il est vif, et il frappe fort. Si ce n'était pas un bon guérisseur, j'aurais dis que c'est du gâchis de ne pas l'avoir en tant que soldat." ~Centurion de l'Armée du salut

- "Vous êtes vraiment en train de me demander ce que je pense de moi ?" ~Vane Deriv, mais lequel ?





Dernière édition par Deriv le Sam 29 Aoû - 17:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nylren
World boss
World boss
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 28/06/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: [Elyséen] Vane Deriv (Work In Progress)   Ven 28 Aoû - 11:08

La fiche est-elle terminée..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Elyséen] Vane Deriv (Work In Progress)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WORK IN PROGRESS : TITAN WARLORD
» [Tuto]Danmakufu ph3 β1.[Work In Progress]
» [Work In Progress] - Skin Bzh
» [galerie] L'atelier de Napalm (vieilles productions non triées et Work in progress)
» Work in progress :Je vous presente mon supergun dédié MVS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Clairvoyants :: Roleplay :: Registre des personnages-
Sauter vers: